78%
Du 418 au 514 grâce au stage chez Braque

Du 418 au 514 grâce au stage chez Braque

Stéphanie Blais
Stéphanie Blais

Chez Braque, tout est possible

Sans trop me créer d’attentes, en février dernier, j’ai envoyé ma candidature pour le stage chez Braque. J’étais loin de me douter que j’y serais encore aujourd’hui. Il y a moins d’un an, j’entrais dans les bureaux d’une agence, fraîchement débarquée de Québec, en ne sachant même pas comment utiliser la « Casserole », notre logiciel de gestion des heures et des projets. Je partais de loin.

Des stéréotypes erronés

On m’a toujours dit que la pub est un milieu très compétitif. On m’a toujours préparée à faire des milliers d’heures supplémentaires, à toucher un salaire très peu avantageux et à devoir faire des stages non rémunérés. Quand je prends le temps d’y repenser, la fin de mon bac ressemblait à un début de film d’horreur. Assez pour que, par moments, je me demande pourquoi je voulais travailler en communications. Maintenant que j’ai terminé mon stage chez Braque, je compare plutôt mon parcours à un film d’action. Ça brasse pas mal, mais ça finit toujours bien et c’est trippant. Mon passage chez Braque ne correspond pas du tout aux préjugés que j’avais du monde de la pub.

Un environnement chaleureux

Toute l’équipe de Braque m’a accueillie comme un membre de la famille. Même si mon stage n’allait durer que l’été, pour eux, je n’étais pas que « la stagiaire ». Je me suis rapidement sentie comme si je faisais partie de l’équipe. Le stress lié à la performance et à la nouveauté a rapidement disparu. Pourquoi? Parce que les membres de l’équipe de Braque étaient là pour m’accompagner, pour assister à mon évolution. Ils ne voulaient pas voir si j’allais performer, ils voulaient plutôt s’assurer que j’allais grandir et apprendre au maximum! Pendant mon stage, ils m’ont fourni le soutien et les outils nécessaires pour assurer mon succès. Travailler en équipe, ça vaut de l’or. Se sentir appuyée par l’équipe, ça vaut encore plus.

Repousser ses limites

Pendant mon stage, j’ai découvert quelles étaient mes forces et mes faiblesses, j’ai su ce que je devais améliorer et sur quels plans je me démarquais. Pendant mon stage, j’ai eu droit à l’erreur, j’ai eu droit aux encouragements. Pendant mon stage, j’ai repoussé mes limites. Pendant mon stage, j’ai ri et j’ai appris.

À la fin de mon film d’action estival, j’ai eu droit à une offre d’emploi permanent. Un défi de taille pour lequel on croyait en mes capacités. C’est donc tout juste après avoir soufflé mes 24 bougies que mon parcours de vie professionnelle s’amorce officiellement. Dans les bureaux de Braque, avec de beaux défis à l’horizon.

Si tu as la chance de faire un stage, je te recommande de foncer. Et encore plus si c’est un stage chez Braque. Qui sait, tu pourrais être la personne qui rédigera ce texte l’an prochain. Bonne chance!

Auteur : Elizabeth Brassard, coordonatrice service conseil stagiaire - Été 2017