Jean-Marc Demers
20-09-2022
|Nouvelles

8 tendances voyage pour 2023

En combinant les connaissances de nos experts en marketing voyage et les résultats des études les plus récentes sur le sujet, notre équipe vous a rassemblé les huit plus grandes tendances voyage à surveiller en 2023.

Tendances voyage 2023

Enfin! Après plus de deux ans de pandémie, les frontières sont rouvertes, les restrictions de voyage assouplies et un « retour à la normale » bien attendu par l’industrie touristique point à l’horizon.

Déjà, au premier trimestre de 2022, on enregistrait environ 20 millions de voyages de plus qu’à pareille date en 2021 (Statistiques Canada), et l’on prévoit que ce nombre continuera d’augmenter puisque près du tiers des Québécois attend 2023 pour reprendre ses activités de voyage (Réseau veille tourisme).

Mais c’est plutôt l’apparition d’une nouvelle normalité qui marquera l’industrie au cours des prochaines années. Les envies, les habitudes et les comportements des consommateurs ont énormément changé après les bouleversements de la pandémie. On observe, entre autres, un grand besoin de flexibilité, de découverte et de connexion avec soi et les autres. Bref, c’est l’émergence d’un tourisme plus ambitieux.

En combinant les connaissances de nos experts en marketing voyage et les résultats des études les plus récentes sur le sujet, notre équipe vous a rassemblé les huit plus grandes tendances voyage à surveiller en 2023.

Prudence et flexibilité

Après avoir dû repousser ou annuler de nombreux voyages, les gens ne veulent plus vivre de mauvaises surprises. Selon un récent rapport de Québecor Expertise Média sur les tendances en tourisme, ce sont 63 % des Canadiens qui favorisent maintenant les entreprises offrant des politiques d’annulation flexibles.

Certains profitent d’ailleurs de ces politiques plus souples pour faire du travel stacking, un nouveau phénomène qui consiste à réserver deux, voire trois voyages en même temps pour éviter de se retrouver le bec à l’eau si une des escapades doit être annulée. Par exemple, une personne pourrait prévoir un gros voyage à l’étranger, mais aussi un séjour au Québec, au cas où il ne serait plus possible de sortir du pays. Elle annulera son plan B quelques jours avant le départ, quand elle sera certaine de pouvoir partir.

Toutefois, on observe aussi la tendance inverse. Avec la pandémie qui a rendu la planification difficile et imprévisible, plusieurs gens préfèrent maintenant réserver leurs escapades à la dernière minute. Ces deux comportements complètement opposés nous indiquent malgré tout un besoin commun de prudence et de flexibilité dans la préparation aux voyages.

voyage luxueux

Rattraper le temps perdu

Les gens sont prêts à recommencer à voyager et leurs attentes sont très élevées. En 2023, ils miseront sur des aventures qui leur permettront de profiter du moment présent et de vivre des expériences uniques, hors des sentiers battus. Ce sont 34 % des Québécois qui disent vouloir éprouver un sentiment d’euphorie et d’exaltation au cours de leur prochain voyage, et 31 % souhaitent essayer quelque chose de nouveau (Quebecor Expertise Media).

Les expériences privées et semi-privées ont la cote, tout comme les expériences luxueuses. En effet, après plus de deux ans coincés à la maison, les gens ont économisé et ils sont prêts à sortir leur portefeuille pour vivre des moments inoubliables. On estime qu’en 2020 seulement, l’épargne des ménages québécois avait augmenté en moyenne de 5 800 $ (Destination Canada).

Ces économies permettront aux gens de se faire plaisir et de ne pas se priver. Selon le rapport de Québecor Expertise Media, 65 % des Québécois prévoient s’investir sans modération dans leur prochaine aventure en adoptant la devise « sans regret », et 54 % prévoient dépenser plus pour leurs voyages qu’avant la pandémie.

 

Voyage local Percé

Le voyage local

Malgré la reprise des voyages internationaux, l’attrait des destinations locales ne faiblit pas. En effet, 48 % des Québécois disent vouloir explorer leur province davantage au cours des prochaines années, et ce, même si les frontières sont rouvertes (Réseau veille tourisme). Alors que certains adoptent ce comportement en raison des incertitudes liées aux restrictions de voyage, d’autres éprouvent simplement un intérêt et un sentiment de fierté renouvelés pour leur pays.

Beaucoup de gens mettent le cap sur les régions. En 2021, les destinations locales les plus populaires auprès des Québécois étaient Charlevoix (24 %), Québec (22 %), les Laurentides (21 %), les Cantons de l’Est (20 %) et la Gaspésie (19 %) (Québecor Expertise Media). Le tourisme gourmand, les expériences agrotouristiques et le plein air ont particulièrement la cote chez ce segment de voyageurs.

 

Snowbirds à Barcelone

Des snowbirds plus aventureux

Même si les États-Unis demeurent le premier choix des snowbirds, un nombre croissant de retraités à la recherche de soleil s’aventure maintenant à travers le monde pour des séjours de longue durée. Parmi les nouvelles destinations populaires, on retrouve plusieurs pays d’Amérique du Sud, comme le Mexique, le Panama ou le Costa Rica, et aussi d’Europe, tout particulièrement l’Espagne et le Portugal.

Cela s’explique en partie par le coût élevé du dollar américain. La devise et le coût de la vie en Amérique du Sud ou dans les Caraïbes permettent aux snowbirds de voyager plus longtemps et d’acheter des propriétés à un bien meilleur prix. En plus, les jeunes retraités, qui sont de plus en plus nombreux avec l’augmentation des départs à la retraite des baby boomers depuis le début de la pandémie, préfèrent les voyages plus courts, plus actifs et riches en aventures et en expériences. Ils sont aussi moins susceptibles de posséder une maison ou un condo à l’étranger, ce qui ne les lie pas à une seule destination.

En 2025, le nombre de personnes âgées de 65 ans et plus représentera 11 % de la population mondiale et leurs voyages internationaux annuels seront amenés à doubler (Destination Canada). Assurez-vous donc de bien rejoindre ce public qui a le temps et les moyens de voyager!

Workation

Le workation

Une autre catégorie de voyageurs à surveiller : les télétravailleurs. Aussi appelés semi-touristes, ces professionnels pratiquent le workation (contraction des mots work et vacation), qui consiste à partir pour un séjour combinant travail et jours de vacances. Ils sont en grande majorité des adultes éduqués, âgés de 25 à 34 ans, qui gagnent un salaire élevé. La plupart habitent dans le Grand Montréal et le tiers d’entre eux ont des enfants (Québecor Expertise Media).

Ces semi-touristes prévoient des voyages plus lents avec de plus longs séjours, une tendance que les acteurs de l’industrie remarquent déjà. Par exemple, Airbnb a noté qu’entre juillet et septembre 2021, 20 % de son chiffre d’affaires provenait de longs séjours (plus de 28 jours), ce qui représente une augmentation de 68 % par rapport à 2019 (Réseau veille tourisme).

Plusieurs grandes chaines hôtelières ont même commencé à proposer des forfaits et des services avantageux pour les télétravailleurs, que ce soit des prix réduits sur les longs séjours, l’offre de villas et d’appartements tout équipés, la location d’espaces de travail, la livraison d’épicerie ou encore l’accueil des animaux de compagnie.

Certaines destinations ont aussi mis en place des visas et d’autres programmes pour inciter les télétravailleurs à s’installer chez eux. C’est le cas du Costa Rica, qui a créé en 2021 un visa permettant aux télétravailleurs de rester deux ans au pays.

Voyage bien-être

Le voyage bien-être

La santé mentale de tous a été mise à rude épreuve durant la pandémie, et les gens recherchent maintenant des activités pour se ressourcer et mettre le stress des deux dernières années derrière eux. Selon un récent sondage mené par American Express, 68 % des répondants disaient vouloir consacrer leur prochain voyage à leur bien-être mental.

Les voyageurs privilégieront les activités qui leur permettront de recharger leurs batteries, de profiter de l’instant présent et d’éprouver un sentiment d’accomplissement. La définition des expériences « bien-être » est très large, et c’est à vous de communiquer comment votre offre s’inscrit dans cette tendance. Pensez à proposer des activités de relaxation, des expéditions en nature ou des rencontres avec les communautés locales.

Les activités de plein air, en général, sont encore très populaires cette année. Comme quoi les grands espaces et l’air frais sont le remède parfait au confinement! Ce sont 82 % des Québécois qui disent passer plus de temps en nature, et 37 % d’entre eux le font plus souvent qu’avant la pandémie (Québecor Expertise Media).

La demande est élevée pour les activités plus exigeantes physiquement tout comme celles plus relaxantes, telles que la baignade, l’observation d’oiseaux ou les randonnées faciles pour toute la famille. On remarque aussi un engouement pour tous les types d’hébergements en nature non conventionnels, comme les cabanes dans les arbres, les pods, les mini-chalets ou les dômes qui permettent de dormir à la belle étoile.

Outils numériques

Les outils technologiques

Les innovations technologiques ont connu une évolution fulgurante durant la pandémie. On estime que les entreprises ont accéléré de trois à quatre ans la numérisation de leur chaine d’approvisionnement et des interactions avec leur clientèle (McKinsey & Company).  L’utilisation de la technologie sera toujours aussi cruciale en 2023, et ce, pour deux volets en particulier : le marketing et le service à la clientèle.

Au cours des dernières années, l’adoption d’outils technologiques par les voyageurs a permis aux entreprises touristiques de générer une foule de données sur leurs utilisateurs. Une mine d’or d’informations qui, si elles sont bien analysées, vous guideront dans la prise de décisions éclairées sur votre développement de produits, vos actions marketing et votre stratégie de fixation des prix.

Si vous souhaitez passer à l’étape supérieure, tournez-vous vers la mutualisation de données, qui consiste à mettre vos données en commun avec d’autres entreprises afin d’avoir une compréhension plus globale du comportement de vos consommateurs. Avec la disparition imminente des cookies tiers, l’exploitation de vos données de première partie deviendra essentielle pour rejoindre directement vos publics et leur proposer des expériences et messages adaptés.

La technologie apparait aussi comme une solution pour contrer la pénurie de main-d’œuvre. Selon une étude de la Chaire de tourisme Transat, la moitié des Québécois ayant voyagé dans la province à l’été 2021 a rencontré une situation problématique causée par le manque de personnel. Les irritants ayant le plus affecté leur expérience sont la diminution des services offerts, le ralentissement des services, la réduction des heures d’ouverture et la diminution de la qualité du service.

Si vous êtes touché par la pénurie de main-d’œuvre, nous vous conseillons vivement de miser sur les outils numériques pour automatiser les tâches à faible valeur ajoutée afin que vos employés puissent se consacrer pleinement aux services qui nécessitent une intervention humaine personnalisée.

Voyage durable

Le voyage durable

La pandémie fut une période d’éveil social qui a changé notre perception des voyages. Les entreprises comme les touristes sont de plus en plus conscients de l’impact de leurs activités sur l’environnement et sur les populations locales.

Pas moins de deux Québécois sur trois disent être prêts à modifier leur façon de voyager si cela peut réduire leur empreinte carbone (Réseau veille tourisme). Si, toutefois, les gens sont réfractaires à payer plus pour des options écologiques, ils favoriseraient, à prix égal, les entreprises aux pratiques plus durables.

Un autre frein au tourisme durable est la perception d’un manque d’offre. Ainsi, si vous faites des efforts pour limiter vos déchets, réduire vos émissions de GES ou protéger la faune et la flore, il est essentiel de bien le communiquer. C’est la valeur ajoutée qui vous distinguera de vos compétiteurs.

Le voyage durable tient aussi compte des impacts du tourisme sur les populations locales. Les gens sont de plus en plus intéressés à aller à leur rencontre et à soutenir les commerces locaux. On parle même de « voyage régénérateur », un type de tourisme pensé pour apporter une valeur positive aux destinations sur les aspects économiques, socioculturels et environnementaux.

Pour conclure, 2023 sera une année remplie d’opportunités extraordinaires pour les entreprises de l’industrie, avec des voyageurs plus enthousiastes que jamais et prêts à s’offrir des expériences exceptionnelles. Il ne tient maintenant qu’à vous de trouver les meilleures façons de répondre à leurs besoins pour qu’ils vous ajoutent à leur itinéraire!

Pour voir une de nos réalisations dans le domaine touristique, consultez cette réalisation avec une chaîne hôtelière.

Prochain article de blogue